Colombie

La légende du prince doré

« Je suis le prince héritier du trône, connu comme Psihipqua. On m'a éduqué depuis mon enfance, dans le temple de la déesse Chie (la déesse de la lune), en étant totalement isolé du monde. Je vivais sous la tutelle des prêtres les plus respectés et étais placé sous la garde d'une troupe de guerriers. J'ai dû rester dans ce temple pendant 6 années durant lesquels je ne pouvais sortir que la nuit pour contempler la lune et méditer tout en étant toujours surveillé par des gardes. On m'avait interdit de manger de la viande ainsi que des aliments assaisonnés de sel ou d'ail, et je ne pouvais avoir aucun contact avec des femmes. C'était une sorte d'initiation au cours de laquelle, moi, le futur Zipa, je dûs apprendre les mystères de la religion, de l'astrologie, tout comme la façon de me comporter et de parler. À la fin de ces 6 ans d'abstinence, on m'a baptisé du nom de Utatiba de Chie, dignité dans laquelle, comme descendant de la déesse Chie, je me suis maintenu jusqu'à ce que le trône du Zipa devienne vacant.

C'était une coutûme muisca[1] qui voulait que ce soit le neveu du chef cacique qui soit son héritier et successeur. Car le système de succession des Muiscas n'était pas patrilinéaire, mais matrilinéaire, et faisait en sorte que la charge de cacique revenait au fils de sa sœur ainée. La raison d'un tel système de succession fondé sur les neveux provenait du fait que chez les Muiscas, il existait la pratique de la polygamie qui permettait à chaque homme de pouvoir avoir autant d'épouses qu'il se montrait capable de faire vivre.

La cérémonie principale commençait à l'aube, et je fus oint de miel, de résine de fleurs et de poudre d'or. L'on avait confectionné pour moi une embarcation de joncs qui était ornée d'or et de pierres précieuses et sur laquelle je suis monté accompagné de 4 rameurs et de prêtres parés de couronnes, colliers et bracelets. Je me tenais debout à l'avant, et à mes pieds étaient entassées des figurines d'or symboles des dieux, pendant que la barque se dirigeait vers le centre du lac. Aux alentours, toute la communauté s'était regroupée et m'accompagnait avec des chants et des roulements de tambours. Au moment où la barque arriva au centre du lac, on a hissé un drapeau pour obtenir le silence de tous, et lorsque le soleil se leva et se refléta sur mon corps, les prêtres ont jeté à l'eau les offrandes qu,ils avaient préparées, avant que je m'y plonge moi-même, comme symbole de cette fécondation spirituelle qui m'e destinait à ce pouvoir. Quand s'est terminée la cérémonie, on a descendu le drapeau, et l'embarcation est revenue sur la rive, pendant que raisonnaient musiques et danses autour de la lagune et que j'étais accueilli par le peuple comme son maître et cacique »

 

[1] Les Muiscas sont une ethnie provenant de l'Altiplano et du sud du département de Santander de l'actuelle Colombie.