Argentine

La légende du lama

Le lama était, à l'origine, une constellation.

Avec ses yeux brillants, il regardait la terre depuis le ciel nocturne, vaste comme une rivière d'étoiles. Plus ses yeux brillaient, meilleures étaient les récoltes de la terre, et la pluie abondait pour les faire fructifier.

 

Puis, un mystérieux ouragan a balayé la nuit, a séparé les constellations et les a dispersées.

C'est ainsi que de nouveaux regroupements d'étoiles se sont formés, pendant que les anciens tombaient au sol et roulaient à travers les collines de l'immense puna2, et qu'apparissaient des comètes et des étoiles filantes. 

 

Le ciel avait changé.

 

Dans le ciel nocturne, le lama a alors cessé d'être lumineuse, et il est tombé sur terre au milieu d'un orage et du rugissement de sa chute. Une fois qu'il s'est trouvé là, il a voulu rencontrer les hommes et les femmes, les autres animaux et les plantes. Il voulait marcher sur la terre ferme, sentir le soleil, boire de l'eau.

 

La Mère Terre, PACHAMAMA3, a alors réalisé son souhait : elle embrassa le morceau d'étoiles, le fit sien et le modèla comme le corps du lama, tel que nous la connaissons aujourd'hui.

Depuis ce jour, le lama vit dans les collines de la puna et continue d'aider les hommes, en leur offrant la chaleur de sa laine, en se donnant comme nourriture et en transportant leurs charges.

 

PACHAMAMA a aussi mandaté COQUENA, l'elfe protecteur des animaux des collines, de prendre soin du lama et d'autres animaux, comme les vigognes, les alpagas et les guanacos. Ce dernier punit les chasseurs qui tuent ces animaux inutilement, et il marche en secret avec les hommes qui s'aventurent dans l'Altiplano. De sa main invisible, il guide le voyageur à travers les lieux désolés et emporte avec lui le lama pour qu'il le protège.

 

C'est ainsi que la force du lama accompagne et aide les hommes et que son regard n'est plus celui d'un animal, mais d'un être humain.

 

2 Une étendue désertique

3 La Pachamama est considérée dans ces régions comme la mère qui engendre la vie, la nourrit et la protège. L'origine étymologique de ce mot provient de la langue Quechua dans laquelle « pacha » signifie terre, monde, univers, et « mama » mère. On fait ainsi référence à la figure de la mère représentant la nature, à partir de laquelle s'est constitué le concept de "Terre Mère".